THE BLOG

SACRÉ, SALÉ, SUCRÉ

À trois cent kilomètres de Recife, dans l’État de l’Alagoas (Nordeste du Brésil), Santa Luzia est un village à flanc de colline coupé par l’AL-101 qui mène à Maceió, capitale de l’État. Cet axe routier, bordé de cultures de canne à sucre à perte de vue, traverse des villages improvisés, des cases de fortune de terre et de bambou, lieu de vie des travailleurs précaires et des paysans « sem terra » (sans terre).

C’est ici que Santa Luzia mène sa double vie entre terre et mer. Les hommes y coupent la canne et y tirent des filets gigantesques, pour améliorer leur quotidien.

« Rien ne se fait seul à Santa Luzia. C’est ensemble que nous coupons la canne car nous nous sommes battus longtemps pour que les machines ne nous volent pas notre travail. »

« Pour ramener les filets, ce n’est qu’une affaire de bras. Pour y parvenir, la famille, petits et grands, les amis nous donnent un coup de main. Puis chacun repart vaquer à ses occupations avec un peu de poisson pour le repas du jour. »

« Demain nous n’irons pas couper la canne. Viens avec nous, tirer le filet sur la plage, dans les piscines naturelles que Yemanja a créé rien que pour nous. Elle y amène du poisson depuis si longtemps et veille sur tous les amis qui partent pêcher en mer. »

« Yemanja, nous lui devons beaucoup, nous lui devons presque tout ».

« Restes un peu avec nous, ici le sucré comme le salé te rentre dans la peau, il se colle à toi et se mélange à l’autre pour ne faire qu’un. Tu verras, ici on est bien !

Ici, tu as presque tout, il ne te manquera rien. Et cela c’est sacré !

En savoir plus >>>>>>>


A l'affiche
Publié récemment
Archives
Search By Tags
Pas encore de mots-clés.
Suivez-moi
  • @patrick.raymond.pix
  • @patrick1129
  • @patrickraymond55